Pourquoi nous devons dire OUI à AVSplus :

L‘AVS a un grand
besoin de rattrapage

Selon la Constitution fédérale les rentes AVS doivent couvrir les besoins vitaux. La réalité est malheureusement différente. A eux seuls, les loyers et les primes des caisses-maladie engloutissent déjà les deux tiers de la rente AVS maximale. Par rapport aux salaires, l’AVS est désormais clairement en retard. Le Conseil fédéral le dit aussi. La dernière grande adaptation des rentes AVS a eu lieu en 1975. Le Parlement avait alors décidé à l’unanimité d’augmenter les rentes AVS de plus du double. A la suite de quoi, la moitié de la rente maximale suffisait pour payer le loyer et les primes des caisses-maladie.

 

Comme ce n’est plus le cas actuellement, il est donc nécessaire d’adapter les rentes AVS aux salaires et aux coûts de la santé !