Le Conseil fédéral a annoncé le 6 juillet que les rentes AVS ne seront pas augmentées en 2017. Ce sera la première fois depuis l’introduction de l’indice mixte en 1980. Les associations de séniors critiquent cette décision qui précarise encore plus une bonne partie d’entre eux. Elles recommandent de voter OUI à AVSplus.

Comme le révèlent les deux associations de séniors, l’AVIVO et la FARES dans leurs communiqués respectifs du 1er juillet et du 4 juillet, l’indice des prix à la consommation ne tient pas compte des primes d’assurance maladie, ni des coûts de la santé en général. Or, c’est un des postes du budget des personnes âgées qui augmente le plus. On sait d’ores et déjà que les primes-maladie vont augmenter massivement en 2017, bien plus que les années précédentes.

En plus des primes-maladie elles-mêmes, d’autres frais liés à la santé grèvent fortement le budget des personnes âgées, comme les franchises, la quote-part aux factures de traitements médicaux et les frais de dentiste. Et depuis que les caisses-maladie ont réduit les remboursements sur les lunettes et que l’AVS ne garantit plus qu’un forfait insuffisant pour les appareils auditifs, la facture des coûts de santé est particulièrement salée pour les séniors. Aux primes d’assurance-maladie qui s’élèvent en moyenne suisse à 500 francs par mois, les personnes âgées doivent débourser chaque mois entre 200 et 250 francs pour les frais de santé.

Une bonne qualité de soins à la retraite dépend de plus en plus de l’épaisseur du porte-monnaie des retraité(e)s. Ces derniers dépendent donc aussi de plus en plus du supplément de rente qu’apporterait AVSplus. Ce n’est qu’ainsi qu’ils peuvent compenser l’augmentation de leurs factures de santé. Raison pour laquelle la FARES et l’AVIVO s’engagent pour l’initiative. Quant au Conseil des aînés, il a également décidé de recommander de voter OUI le 25 septembre prochain.